Stock épuisé.
En rupture de stock
Quantité minimum d'achat
La quantité minimum d'achat n'est pas atteinte

 

Votre adresse e-mail

S'inscrire

 

Des huiles qui luttent contre la déforestation

Nous faisons le choix de respecter la nature pour l’avenir et pour nos enfants. Nous n’épuisons pas la ressource et prenons uniquement ce que la nature a décidé de nous offrir, pas plus, quitte à être limité en matière première.

 

♦ La Philosophie du Manguier : fable d'une Terre à bout de souffle ♦

Sur certaines terres, le manguier était l'un des derniers arbres, encore debout et fier. Les hommes avaient coupé toute la forêt autour pour produire du charbon de bois, faire leurs maisons ou de la culture sur brulis. La population préservait encore le manguier car ses mangues étaient juteuses et savoureuses alors que les autres arbres ne produisaient rien à manger. Et puis un jour, un homme coupa le manguier en proclamant qu'il avait besoin du bois et qu'il y avait d'autres choses à manger que les mangues. Les autres paysans démunis le suivirent contre cœur, les manguiers furent alors coupés et tous les arbres disparurent. Les hommes n'avaient plus d'argent des ventes du bois, plus de bois pour leur maison et plus rien à manger. Les terres autrefois verdoyantes et prospères étaient devenues inhabitables et ils durent partir à la recherche de lieux moins hostiles pour vivre. Ils n'ont pas pensé au futur, seulement au présent.

Cette histoire, régulièrement observée à Madagascar, c'est la Philosophie du Manguier. En s'inspirant d'elle, nous avons développé notre mode de production durable.

 

♦ Un mode de production innovant protecteur de la nature ♦

Nos récoltes et nos cultures sont durables et contribuent à la sensibilisation des populations locales au désastre de la déforestation et de la destruction de la biodiversité. Plus nous exploitons la ressource plus nous la protégeons. Pour bien comprendre cela, mieux vaut vous expliquer ce qu'il se passe à Madagascar.

Il ne reste que 10% de la surface boisée d'origine. Diverses causes à cela : 84% de la population malgache n'a pas accès à l'électricité et coupe les arbres pour se chauffer ou faire à manger. La technique du brulis est très répondue, pour les pâturages et les plantations, on met le feu à une parcelle mais cela s'étend au-delà de la parcelle, sur des zones sauvages. Certaines espèces comme l'ébène et le bois de rose sont protégées mais victimes d'exploitations illégales car elle valent très cher sur le marché.

Alors nous valorisons les végétaux auprès des populations malgaches qui travaillent avec nous, en expliquant notre cycle vertueux de récolte. Sensibilisées aux dommages de la déforestation sur leur vie et la vie de leurs enfants, elle nous rejoignent dans notre projet. Grâce à nos huiles, nous luttons contre la déforestation. En valorisant les graines à récolter on encourage les populations locales à considérer différemment les forêts.

On distingue deux types de cycles pour la forêt, celui qui ne subit pas la pression de l’homme et celui qui la subit :

  • Le cycle naturel d’une forêt, sans présence humaine : les végétaux dispersent leurs graines naturellement, grâce aux animaux ou à l’action du vent, puis la graine crée une nouvelle plante ou un nouvel arbre. Les végétaux captent l’humidité, cette eau s’évapore pour ensuite former des nuages puis de la pluie pour permettre l’irrigation naturelle et la pousse d’autres végétaux.

     

  • Le cycle subissant la pression de l’humain est un cycle perturbé durant lequel l’exploitation de la ressource entraîne de graves dommages : les hommes coupent les arbres pour l’agriculture ou le charbonnage, la dispersion des graines diminue en même temps que la diminution des végétaux puis la forêt disparait. L’homme ne tire qu’un bénéfice ponctuel de ce cycle, ce bénéfice s’arrêtant lorsque que la forêt a disparu. La disparition des végétaux entraine la raréfaction des pluies et un changement climatique local. Plus il y a de changements climatiques locaux plus le problème devient global.

Notre mode de récolte, inspiré par la Philosophie du Manguier, est basé sur un cycle vertueux répondant aux besoins de la population tout en préservant les ressources de la biodiversité. Pour l’huile et les pépinières, ¾ des graines seulement sont récoltées afin de laisser ¼ pour la dispersion naturelle (par le vent ou les animaux). Les bénéfices sont alors multiples, les paysans en tirent des revenus sur le long terme, la pluviométrie, la biodiversité et les forêts sont préservées et les espèces végétales peuvent continuer de se multiplier.

Notre impact va au-delà des populations, il touche également dirigeants locaux qui instaurent des décrets locaux visant à protéger la nature et à condamner ceux qui s'aviseraient de couper un arbre. Nous avons l'exemple concret de la commune de Befandrina qui a déposé un décret local pour interdire la coupe du Baobab sous peine de devoir payer une amende d'un montant de plusieurs zébus. Ce mode de production permet donc aux zones dans lesquelles nous intervenons d'être protégées de plusieurs manières et les forêts peuvent ainsi commencer à se régénérer et prospérer à nouveau.
 

♦ Restaurer la biodiversité là où elle a été détruite ♦

Pour certaines terres, nous arrivons malheureusement trop tard, le mal a été fait, la déforestation n’a pas été évitable. Sur ces parcelles on plante du ricin et du moringa oleifera, des plantes qui ne sont pas présentes à l’état sauvage mais qui ont été introduites pour la culture dans le passé, et qui s’adaptent parfaitement à la terre et au climat de Madagascar. 
Le ricin a la particularité de pousser même sur des terres très arides ou sableuses. Il a ce qu’on appelle des racines en pivot, elles poussent à la verticale pour aller chercher l’eau et les minéraux au plus profond de la terre. Les feuilles de ces végétaux tombent et reconstituent un tapis avec des propriétés intéressantes pour la plante et d’autres cultures après. Réinstaurer des arbres dans des lieux déboisés permet également de contribuer au retour des pluies grâce, entre autres, à l’évaporation de l’eau présente dans les plantes et d'aider au retour de la biodiversité. 

Afin de garantir un équilibre entre production agricole, population et environnement, nous travaillons en collaboration étroite avec WWF sur ces zones dites « de la dernière chance ».

Un achat Comptoir des Huiles c’est bien plus qu’acheter un tube de crème, c’est un acte citoyen pour la planète. Devenez acteur d’une beauté responsable.

 

Plus d'informations sur notre engagement nature sur nos réseaux sociaux :

Suivez Comptoir des Huiles sur Facebook    Suivez Comptoir des Huiles sur Instagram